Menu
71 rue Ambroise Paré
62575 BLENDECQUES
Du lundi au vendredi de 8h à 19h
Samedi de 8h à 12h
03.21.93.45.29

Prise de rdv en ligne

Chirurgie – Arthrose du genou et prothèse – Saint-Omer (62)

1) Qu’est ce que le genou ?

Le genou est une articulation située entre la cuisse au-dessus et la jambe en dessous. Cette articulation autorise les mouvements entre le fémur qui est l’os de la cuisse, le tibia qui est l’os de la jambe et la rotule (os de l’appareil extenseur du genou).

Cette articulation est constituée de trois extrémités, fémorale (deux condyles fémoraux) et tibiale (deux plateaux tibiaux), mais aussi la rotule située devant le genou. Ces trois surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage permettant aux os de glisser les uns contre les autres. Les pressions mécaniques qui s’exercent chaque jour sur les cartilages lors de la marche ou des efforts, peuvent expliquer l’usure de ce revêtement souple.

L’articulation du genou est entourée de muscles venant notamment de la cuisse passant en pont au-dessus de l’articulation et permettant les mouvements.

Les moyens d’union de cette articulation sont essentiellement représentés par 4 ligaments, deux ligaments latéraux et deux ligaments croisés. Ces 4 principaux ligaments assurent la stabilité du genou. Les ligaments latéraux situés juste sous la peau de part et d’autre du genou (ligament latéral interne et externe) assurent la stabilité dans le plan frontal. Les ligaments situés à l’intérieur de l’articulation (ligament croisé antérieur et postérieur) assurent la stabilité dans le plan sagittal.

Le ligament croisé antérieur relie la partie antérieure du tibia à la partie postérieure du fémur. Il empêche la translation antérieure du tibia par rapport au fémur et stabilise le genou lors des mouvements de rotations.

Les surfaces cartilagineuses sont complétées par les ménisques (structure fibro cartilagineuse en forme de croissant) qui jouent le rôle d’amortisseur entre le fémur et le tibia.

Qu’est ce que l’arthrose ?

L’arthrose est la conséquence d’une série de processus pathologiques aboutissant à la dégradation du cartilage. Cette usure du cartilage se fait le plus souvent lentement avec le temps et la répétition des contraintes mécaniques du quotidien. La disparition du cartilage rend compte d’un contact direct entre les os de l’articulation.

Les causes de cette arthrose sont multiples : le plus souvent liées à l’âge (à partir de 60 ans), à la structure imparfaite de l’articulation (malformation lors de la croissance des os), à l’excès de poids, aux chocs répétés (travail lourd) et à certaines maladies inflammatoires.

Le diagnostic

L’usure du cartilage rend compte de douleurs et de raideur du genou.

Les douleurs sont progressivement croissantes ; elles se situent sur le côté du genou, en dedans ou en dehors ou vers l’avant.

La raideur évolue progressivement avec une diminution de l’extension du genou (genou à plat) et aussi de la flexion (talon vers la fesse).

Ces gênes fonctionnelles vous feront consulter votre médecin traitant qui prescrira une radiographie standard en première intention. Cet examen simple et suffisant permettra de faire le diagnostic de l’arthrose du genou; Les autres examens tels qu’échographie, scanner et IRM ne sont pas indispensables dans un premier temps.

Les différents traitements de l’arthrose

Différents moyens existent pour soigner votre arthrose de genou, diminuer vos douleurs et limiter l’enraidissement.

Il existe une stratégie thérapeutique qui dépend de la gravité de l’arthrose, des déformations mais aussi de votre demande fonctionnelle.

Le traitement médical doit toujours être instauré en premier, comportant des médicaments pour lutter contre la douleur, des anti inflammatoires et des infiltrations. Le maintien de l’activité physique notamment la marche est indispensable. Une perte de poids est nécessaire en cas de surpoids. Enfin, La kinésithérapie, peut aider à garder une certaine mobilité articulaire.

Le traitement chirurgical ne s’oppose pas au traitement médical. Il est décidé lorsque la douleur persiste malgré le traitement médical ou parfois d’emblée lorsque l’arthrose est à un stade avancé.

Quel type d’intervention ?

Votre chirurgien peut vous proposer différents types d’interventions dépendant de l’importance de l’arthrose, de sa topographie et des déformations. Il existe deux types de traitement chirurgical, soit conservateur (ostéotomie du tibia) soit radical (prothèse).

Quant faut-il opérer ?

L’arthrose du genou est une usure mécanique que les médicaments et la rééducation ne peuvent pas guérir mais simplement soulager les symptômes. Lorsque la douleur est quotidienne et invalidante, que la marche est limitée, que les mouvements du genou deviennent difficiles, il convient d’envisager une intervention chirurgicale. Chaque patient étant différent, votre chirurgien vous proposera le type d’intervention adaptée à votre âge, à votre mode vie et à vos souhaits et au type d’arthrose. Seule une réflexion approfondie entre vous et votre chirurgien permettra de décider si l’heure de la chirurgie est venue.

Les ostéotomies

Selon l’importance et l’emplacement des destructions du cartilage de votre genou, votre chirurgien peut vous proposer différents types d’opérations. Quand le genou est déformé et qu’une seule zone cartilagineuse est partiellement usée, un traitement chirurgical dit "conservateur" est indiqué. Tout en gardant l’articulation du genou, le chirurgien modifie l’orientation du membre inferieur en coupant les os selon un angle adapté : il s’agit d’une OSTEOTOMIE. L’objectif est de diminuer la pression sur la zone abimée et douloureuse, en augmentant le travail sur plus les zones non usées.

Cette intervention se réalise le plus souvent sur le tibia. L’ostéotomie est efficace (disparition de la douleur) pendant en moyenne 5 à 10 ans, imposant par la suite de recourir à une prothèse quand le sujet est plus âgé.

L’indication touche essentiellement les sujets jeunes, avant 60 ans, qui présentent une arthrose d’un seul compartiment du genou (fémoro tibial ou rotulien) .

L’intervention nécessite 4 jours d’hospitalisation et un retour à domicile pour la convalescence. Pendant les six premières semaines l’appui sera interdit sur le membre inférieur opéré, autorisant la déambulation sous couvert de deux cannes anglaises. A six semaines, après un contrôle radiographique, l’appui sera repris de façon progressive pour obtenir un genou indolore et bien mobile en 4 à 6 mois.

Pendant toute cette période, vous bénéficierez d’une rééducation chez le kinésithérapeute, en libéral, de façon pluri hebdomadaire.

La reprise du travail pourra être possible à partir de la fin du troisième mois pour un travailleur sédentaire et de la fin du cinquième mois pour un travailleur lourd.

La reprise du sport pourra être possible à partir du cinquième mois en fonction des types d’activités.

Les prothèses

Quand l’articulation est trop abimée, il faut enlever toutes les zones de cartilage usées et les remplacer de façon partielle ou totale par un matériel de forme semblable (prothèse ) .Le but est d’obtenir un glissement harmonieux de l’articulation, sans douleur, ainsi un fonctionnement le plus proche possible de la normale.

Prothèse totale de genou

Plusieurs types de prothèses sont disponibles, remplaçant un seul compartiment (prothèse uni compartimentale pour l’arthrose fémoro tibiale ou prothèse fémororotulienne pour l’arthrose de rotule) ; soit des prothèses totales qui remplacent les trois compartiments du genou.

Prothèse totale de genou avec quille

L’objectif de l’intervention est le soulagement de la douleur, la récupération de la mobilité du genou, de la marche, et la reprise des activités physiques et sportives. Ceci contribue à votre bien être physique et psychologique et augmente votre degré de satisfaction.

Prothèse de genou unicompartimentale

Quant faut il mettre en place une prothèse ?

Tout d’abord lorsqu’il n’y a pas d’indication d’ostéotomie.

Ensuite, Lorsque les douleurs sont quotidiennes, que vous rencontrez des difficultés dans les mouvements de la vie de tous les jours, que la marche est limitée, que vos activités physiques et sportives sont restreintes.

Qu’est ce qu’une prothèse ?

La prothèse est composée de 4 implants articulaires :

  • Deux parties métalliques, en chrome cobalt ou en titane, placées en vis-à-vis sur le fémur et le tibia
  • Deux parties en plastique (poly éthylène) placées d’une part entre les deux implants métalliques et d’autre part sur la rotule .Ces inserts en plastique favorisent le glissement

Ces implants sont fixés à l’os par du ciment mais il existe des prothèses sans ciment utilisant des biomatériaux pour la fixation à l’os.

Différentes tailles de prothèses permettent de s’adapter à la taille de votre os.

En fonction de la qualité des ligaments du genou, les prothèses peuvent être à glissement simple ou alors plus contraintes pour remplacer les ligaments, imposant un ancrage plus profond dans le fémur et dans le tibia par des tiges métalliques.

Quelle est la durée de vie de la prothèse ?

La mise en place d’une arthroplastie totale de genou est une intervention lourde, minutieuse et très précise. Ces implants articulaires sont mis en place pour vous redonner un genou indolore et mobile pour une durée d’au moins 15 ans. La durée de vie de la prothèse sera d’autant plus longue que vous aurez entretenu le mouvement, effectué des activités physiques et sportives raisonnables et que la qualité de l’os autour de la prothèse sera bonne.

Comment se déroule l’intervention ?

La mise en place d’une arthroplastie totale de genou nécessite une hospitalisation d’une huitaine de jours (6 à 10 jours).

L’entrée à la Clinique se fait la veille de l’intervention avec une prise en charge par l’équipe soignante, vérifiant que votre dossier est complet, que votre état de santé autorise l’intervention. Vous serez à jeun à partir de minuit le soir de votre entrée pour être opéré le lendemain dans la journée.

Vous aurez bénéficié avant l’intervention d’une consultation par un médecin anesthésiste qui vous aura proposé une méthode d’anesthésie comportant soit un endormissement complet (anesthésie générale) soit une anesthésie partielle endormant les jambes (rachi anesthésie).

La durée de l’intervention varie de 60 à 90 mn mais vous bénéficierez d’une prise en charge au bloc opératoire pour 5 à 6 heures comportant le temps d’installation en salle, l’anesthésie, l’intervention chirurgicale, et la surveillance en salle de réveil. Vous pourrez remonter dans votre chambre lorsque vous serez bien réveillé et que les différents paramètres de votre état de santé seront vérifiés.

L’intervention s’effectue dans des conditions d’asepsie optimales évitant les risques infectieux, et respectant les bonnes pratiques professionnelles. Cette intervention s’effectue dans un bloc hyper aseptique avec une équipe spécialisée et sectorisée en chirurgie orthopédique. Les salles opératoires utilisées pour l’intervention sont munies d’un flux laminaire (système de ventilation normatif). L’équipe chirurgicale vous prenant en charge bénéficie d’un équipement de ventilation individuel muni de casque pour optimiser la sécurisation de l’air autour de votre genou.

L’incision est située sur la face antérieure du genou permettant d’exposer l’articulation .Cette incision varie de 10 à 15 cm en fonction des besoins d’exposition de l’articulation. Elle utilise une technique dite mini invasive (MIS) exposant au mieux le genou mais limitant son ouverture.

Une fois le genou exposé, les lésions d’arthrose sont excisées en réalisant des coupes osseuses sur le fémur, le tibia et la patella. Le réglage de la position des implants prothétiques et décidé grâce à un système précis permettant de positionner la prothèse au millimètre et au degré près dans les trois plans de l’espace. L’objectif et de reconstruire l’articulation initiale du genou en remplaçant vos surfaces articulaires usées par des implants métalliques et plastiques.

La fermeture s’effectue de façon soigneuse avec des agrafes sur la peau et deux à trois drains permettant d’évacuer le sang du genou opéré pendant trois jours.

Vous bénéficiez à la fin de l’intervention de la mise en place d’une attelle d’extension de genou. Cette attelle sera retirée dès l’ablation du drainage et le début de la marche au troisième jour.

Des techniques d’épargne sanguine sont utilisées afin de limiter les pertes de sang, notamment le SELFCEVER, permettant de vous réinjecter le sang perdu pendant l’intervention.

Comment se déroulent les suites opératoires ?

Lorsque vous rentrerez du bloc opératoire en chambre après l’intervention, vous serez pris en charge par l’équipe soignante et bénéficierez des soins rapprochés pendant toute la première nuit.

Dès le lendemain de l’intervention, le kinésithérapeute vous aidera à vous transférer au fauteuil pour quelques heures et débutera immédiatement la rééducation. Depuis l’intervention, vous aurez bénéficié d’une prise en charge optimisée de la douleur, prévue par l’équipe d’anesthésistes.

A partir du troisième jour après l’opération, le drainage du foyer opératoire sera retiré et vous pourrez commencer à marcher avec l’aide du kinésithérapeute et d’un déambulateur.

Un protocole de rééducation vous sera proposé chaque jour pour vous aider à récupérer la fonction de votre genou. L’appui sera autorisé immédiatement et vous pourrez dès le troisième jour déambuler vers les toilettes puis dans le couloir.

La sortie sera prévue à partir du sixième jour, soit à domicile soit en centre de rééducation en fonction de la décision qui aura été prise lors de la consultation avec le chirurgien.

Quels sont les risques liés à la mise en place de la prothèse ?

La mise en place d’une arthroplastie totale de genou est une intervention lourde, et délicate et spécialisée. L’opération n’est pas sans danger mais toutes les précautions sont prises par le chirurgien et son équipe afin que l’intervention puisse être effectuée dans des conditions de risques minimaux.

Des complications peuvent survenir pendant et après l’intervention. Ces complications sont bien connues de votre chirurgien, qui prendra les dispositions nécessaires pour assurer votre sécurité et votre santé.

Ces complications rares mais graves sont l’infection, la phlébite. Il faut aussi compter avec la raideur du genou, de cause multiple. A long terme le descellement de la prothèse par usure du poly éthylène.

Et la sortie ?

Lors de votre sortie, vous bénéficierez d’un protocole de rééducation adapté à votre type de prothèse et à votre genou, mais aussi d’une liste de consignes qui vous permettront d’effectuer votre convalescence de la meilleure façon.

La montée en voiture comme passager est autorisée dès le sixième jour et la conduite de la voiture à partir du 45 ème jour.

Comment bien se décider ?

Votre motivation à restaurer une bonne fonction de votre genou et votre participation au traitement seront les meilleurs garants d’un bon résultat. L’indication opératoire ne sera retenue par votre chirurgien que si la gêne est réelle et que vous êtes prêt à accepter le traitement et ses suites. Dès lors, vous pourrez compter sur l’écoute, l’aide et les encouragements de votre chirurgien et de son équipe afin que l’intervention et la convalescence se déroulent de la meilleure façon.

Votre Chirurgien, spécialisé en Chirurgie du Genou, est à votre écoute. N’hésitez pas à le questionner pour toute information que vous souhaiteriez éclaircir.

Consultez également :

Actualités
  • Actualité 6

    03/08/2017

    Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente ...

    Lire la suite >

  • Actualité 5

    03/08/2017

    Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente Texte en attente ...

    Lire la suite >

Voir toutes les actualités
Accueil chirurgical
Du lundi au vendredi 8h - 19h Samedi 8h - 12h
03.21.93.45.29

Prise de rdv en ligne

Plan d'accès 71 rue Ambroise Paré 62575 BLENDECQUES